Loading

Livre d’or

SALON ART SHOPPING - CARROUSEL DU LOUVRE - PARIS

LE 6 ET 7 JUIN 2009

« Un retour dans nos racines, notre passé… l’histoire humaine ! Merci pour ce voyage. »
J.A

 « Transgresse, transmets ta transgression, qui n’agresse que l’habitude des voyants à être aveugles. »
Paul-Jean B.

« Lorsque l’esprit est libre tout est libre autour de soi ! »
Koan Z.

« Inspiration très sophrologique. Merci.
Un mariage réussi entre une ardeur d’écriture et un cadre-sculpture fougueux. Merci. »
M. G.

« Beautiful pieces Sabrina… I’am now a true fan & also truly inspired ! »
Kate.

Journal LE MAGUE - Les toiles mystérieuses

LE 07 Juin 2009

VILLABÉ POUR TOUS - L'artiste peintre Sabrina Olsen dévoile son oeuvre ...

LE 14 Juin 2009

L'exposition Premier Rassemblement des Artistes Contemporains de 17 Pays

Octobre 2009

REÇU VIA LE SITE WEB

Le 21 Mai 2009

Chère Sabrina,
Je me permets en quelques lignes, de traduire ma réaction à la vue de tes tableaux.
Cela m’a procuré une érection de l’esprit, qui m’a tout de suite entraîné dans un espace atemporel.
Ta peinture exprime avec énergie le rêve, le désir, une sensualité transcendante s’en dégage et nous transporte
dans les délices de Sade de Messaline… Les portes mystérieuses s’ouvrent vers des mondes invisibles, métaphysiques,
puis « Le fait d’être habité par une nostalgie incompréhensible serait tout de même le signe qu’il y a un ailleurs ». Dixit, Eugène Ionesco.
« Sabrina est une délicieuse sorcière des arts, dans une autre époque, pas très éloignée de nous, la terrible inquisition l’aurait envoyée au bûcher ».
Magnifique travail.
Philippe Barbier, poète.

GRAND MARCHE D'ART CONTEMPORAIN BASTILLE - PARIS

Du 28 Avril au 3 Mai 2009

Un univers sombre, sensuel, puissant…
Un coup de coeur, une évidence…
Aurore.

L’artiste peintre est un être réveillé dans un monde en sommeil.
Chère Sabrina, bravo : votre peinture métaphisique et Nervaliène, le lien étrange de la matière et de l’esprit.
Le poète Philippe.

Une belle rencontre…
Un travail profond qui inspire de la réflexion, des questions
Merci pour cette poésie. À très bientôt.
Catherine de K.

VERNISSAGE CONNOISSEUR'S GALLERY - PARIS

Le 10 Décembre 2006

« Bravo, j’ai beaucoup admiré l’originalité d’une peinture littéraire. »
B. H.

« Félicitations, original, un peu mystérieux et surtout harmonieux et chaleureux. »
Pierre-Marie D.

« Les gouttes et les papiers froissés sont comme la pluie et le sable mouvant qui effacent les pensées
et ne révèlent que quelques mots qui deviennent mystères. »
Anne-Marie R.

« Les matériaux sont énigmatiques, comme le support, je ne comprends pas tout mais je ne renoncerai pas à quelques explications.
Est-ce que le texte serait plus fort que l’image ? Merci.
Très intéressent, beaucoup aimée la recherche de l’artiste Sabrina.
Beaucoup d’originalité et de talent. »
F. R.

« A ma belle Sabrina, qui de ses doigts de fée, a su faire de quelques toiles, une galerie de chefs d’œuvres. Ce soir est le début d’une glorieuse route, sans sens interdits ni feux rouges.  »
Patrick D.

« Bravo pour ces tempêtes graphiques !  »
Olivier C.

« Novice, j’ai découvert ton art, ton univers, et ce tableau particulier, qui se nomme « Contenance inflammable », il m’est apparut une scène romantique, où l’amour sur une peau de bête serait le vecteur d’une romance enflammée.
Bravo …  »
M.

« Belles œuvres où l’on se laisse transporter dans l’univers de l’artiste. Bonne continuation et encore bravo.  »
Make.

REÇU VIA LE SITE WEB

Le 1 Février 2006

« Chère Sabrina,
Aprés avoir terminé un dossier « biodiversité vs biotechnologie », je me suis rendu sur votre site … quel voyage.
Je craignais, comme cela arrive souvent dans ce genre de situation, de devoir trouver une formulation sympathique pour décrire l’oeuvre visitée, du genre : qu’elle est intéressante votre approche des formes, le choix des couleurs …
Vous n’imaginez pas le plaisir que j’ai eu à ne pas avoir à chercher ce genre de formulation; car, en fait, votre oeuvre m’a tout simplement subjugé, au point de – chose rare – me donner envie d’écrire au sujet de votre recherche, principalement sur le plan de la subtilité dans accomplissement de la texture, magique : tellement naturelle dans son expression, bien que sophistiquée dans sa conception. Le résultat émotionnel étant explosif et pourtant serein !
A savoir et voir ce « Palais des tourments » tellement paisible. L’on en redemanderait d’un tourment pareil. C’est passionnant comment vous réglez les tourments par « Le sacrilège des commandements » : les textes et les « plumes » sont progressivement cachés par les couches du temps, pour donner naissance à deux âmes soeurs dont la forme finale nous ne pouvons qu’imaginer… mais, on peut se dire qu’elles s’entendront bien : sourire.
Et ces pages dans le « Prélude d’automne » qui pleure pudiquement la profondeur d’un texte que l’on soupçonne sensuel : avec des larmes que l’on imagine de soulagement face à une souffrance sublimée, promettant ainsi la venue de rayons de soleil ou d’étoiles couleur paille rosé d’automne.
Ce tableau nous promet, en préludant un pareil automne, que l’été ne pourra être que chaleureux : plein d’espoir. Il vous représente très bien, dans le sens où votre image est en soi une promesse de bonheur… Stendhal le dirait bien mieux surtout s’il s’inspirait de votre rouge et noir « Contenance inflammable » : sourire !
Tout cela est d’une poésie immense, envahissante… l’on a une sensation unique et pardoxale : celle de nous dire que les mots nous manquent pour exprimer la force de ces configurations picturo-sculpturales, et pourtant l’on a au même temps un désir inéluctable d’enchaîner des mots, les uns aprés les autres, en se disant que peut être l’un ou l’autre pourrait – avec un peu de chance – s’approcher du sens généré par vos créations…
Une sorte de tâtonnement graphique à la recherche du sens… une espèce de recherche de complicité prude avec l’oeuvre, pour qu’elle nous imprègne encore davantage de son énergie silencieuse.
J’ai l’impression de ne pas avoir senti cette émotion, cet enivrement pictural, depuis des siècles…
Eh oui, avec votre oeuvre on est en pleine intemporalité.
« …traverseront les ténèbres à travers des siècles de poussière » (j’adore ces quelques mots que j’ai pu déchiffrer dans vos tableaux;
ils ont la puissance de votre regard : il faudrait que je puisse mieux le lire).
C’est fou comme vous arrivez à donner de la PUISSANCE – c’est le mot – aux formes et aux textures.
J’ai adoré votre « Lueur noir » : c’est toute une galaxie à découvrir ! plein de comètes aux messages sidéraux, sans parler des
constellations neuronales qui se dessinent aux pinceaux de l’inconscient, bouillonnant, fascinant… Quelle histoire ! belle !
(il faudrait des heures, des jours et des semaines pour vous dire tout ce qui se passe dans la tête à la perception de votre art).
Toute mon admiration.
Bien à vous.
Pr. Mario Christian M. »